Trouver un emploi relève du parcours du combattant. Mais plus ton projet professionnel est clair, plus tu rencontres et attires les personnes qui te seront utiles dans cette quête… Allez soldat, à l’attaque !

Tu cherches le job de tes rêves et tu n’es pas le seul. Alors, comment faire la différence ?

Il te faut réfléchir à ton projet professionnel et travailler ta marque professionnelle (« professional branding »).

Aujourd’hui, je vais mettre le focus sur le premier point. Qu’est-ce qu’un projet professionnel ? C’est un travail personnel que tu dois faire pour définir quel professionnel tu es, et surtout ce que tu peux apporter aux autres.

En réalité, un employeur est intéressé par ce que tu peux lui apporter comme valeur (ajoutée). Il te verse un salaire en échange d’une plus value que tu lui apportes et qui contribue à la pérennité de son organisation (entreprise, association…).

Du coup, savoir quel professionnel tu es, ce que tu peux apporter et savoir l’exprimer sont des atouts incontournables.

Pour se faire, je te propose de te mettre au calme – 2 heures, sans sollicitation extérieure : mets en silence ton téléphone portable, en veille ton ordinateur, et fais le vide autour de toi. Prends ainsi un rendez-vous avec toi-même pour faire le point sur ta situation et te projeter. Avec un papier et un crayon. Et tente d’être le plus précis possible dans tes réponses (plus tu es précis plus tu sauras clairement formuler ce que tu veux… ET ce que tu ne veux plus).

 

1- Définis ton objectif

La premier pas vers ton futur travail : déterminer ton objectif. Trouver un travail : mais lequel précisément ? Où ? Dans quel secteur d’activité ? Quelle organisation te fait rêver ?…Un travail en cdi, en cdd, un travail à temps plein, à temps partiel ?

Qu’aimes-tu ? Que fais-tu avec plaisir, peut importe le résultat (motivation primaire) ? Qu’aimes-tu faire pour le résultat (motivation secondaire) ?

A quelle date veux-tu avoir trouvé ce travail ? Lâche tes préjugés et permets toi de rêver.

 

2 – Qui es-tu ?

Le deuxième pas est délicat, mais très utile. Prends une bonne inspiration et note sans complexe : quelles compétences as-tu identifiées dans ton parcours de vie ?  Quels savoir-faire revendiques-tu ? (rédiger un communiqué de presse par exemple). Quelles expériences as-tu vécues qui puissent t’être utiles pour ton futur travail ? Quelles sont tes connaissances (par exemple histoire, littérature, sport, musique,…) ? Quels sont tes traits de caractère ? (Ouvert ? Curieux ? Introverti ? Timide ? Ambitieux ? Persévérant ?…). Enfin dans quels milieux évoluent tes relations personnelles et professionnelles ?

 

Un partage : à chacune de tes réponses, donne-toi des preuves (de compétences, de savoir-faire…). Exemple : « j’ai une vraie compétence rédactionnelle, car j’ai écrit des articles pour xxx et les retours de mon travail furent positif en termes de retour de la rédaction, des lecteurs, etc. ».

 

3 – Tes partenaires

Le troisième pas consiste à étudier celles et ceux qui pourraient t’aider à atteindre ton objectif. Des proches ? Fais la liste. Des amis ? Idem. Selon quels critères penses-tu qu’ils puissent t’aider (réseau, volonté, influence, etc.) ? Quels outils pourrais-tu utiliser dans ton projet (réseaux sociaux – LinkedIn – Instagram – Twitter – emailings, flyers…) ?

Et qu’est-ce qui pourrait t’aider à garder ta motivation contre vents et marées (un sport ? le yoga ? la méditation ? un mentor ? Des livres de développement personnel,…) ?

 

4 – Ton quotidien professionnel

Quelles sont les tâches que tu effectuais quotidiennement dans ton/tes anciens jobs ? Pense à toutes les parties prenantes de l’organisation que tu côtoyais : fournisseurs, clients, comptabilité… Liste ce que tu faisais concrètement avec eux.

Exemples : relances clients, bon de commande, organisation de rendez-vous, animation de formations, etc.

 

5 – Qui aides-tu ?

Dans tes précédentes expériences professionnelles, quelles personnes aidais-tu ? Autrement dit, à qui profitait ton travail quotidien ? Des collaborateurs (quels fonctions ?), des clients (lesquels ?), des managers, des partenaires de l’organisation où tu travaillais ? L’idée est que tu puisses estimer la valeur ajoutée de ton travail…

 

6 – Ta contribution

Maintenant, tu sais qui tu peux aider… Question suivante, la principale : quelle est ta valeur ajoutée ? Par exemple : j’accompagne les commerciaux à répondre de manière optimale aux demandes de leurs prospects. Essaie de condenser en une ou deux phrases ce que tu apportes aux autres.

Au delà, quelles sont tes valeurs et comment tu les animes au quotidien ?

Par exemple, la valeur « créativité » : comment tu utilises cette créativité dans ton travail au jour le jour ?

 

7 – Communication

Par quels canaux d’expression te mets-tu en valeur pour trouver un travail ? Curriculum-vitæ, réseaux sociaux, téléphone, bouche-à-oreille, emailing, speed meeting, carte de visite, etc. (Reviens aussi au point 3). Fais le bilan de toutes tes actions. Et celles que tu n’as pas encore mises en œuvre.

Un conseil : hiérarchise tes actions par ordre de priorités = n partant de celle qui aura le plus d’impact dans ta recherche d’emploi et qui est la plus facile à mettre en œuvre.

 

8 – Finances

Quels sont tes besoins financiers, tous tes besoins financiers : de ton loyer aux charges diverses comme les transports, les courses alimentaires et non alimentaires, les formations, etc. Et mets en vis-à-vis tes rentrées d’argent, quelles que soient leur sources : indemnités diverses, épargne rémunérée, droits d’auteur, etc. Maintenant, regarde le différentiel entre revenus/charges. Combien te faut-il pour vivre comme tu l’entends ?

 

9 – Ton salaire

Après tout ce travail de réflexion et d’analyse : combien estimes-tu valoir sur le marché, en fonction de ta valeur ajoutée, et de ce que le marché accepte de te rémunérer pour le job que tu souhaites ? Comment pourrais-tu faire valoir un surplus de valeur pour exiger plus d’argent et/ou une compensation en nature ?…

 

10 – Le pitch

Tout ce travail « intérieur » t’a préparé à mieux te positionner professionnellement. Bravo 🙂 Félicite-toi !

Maintenant, il te faut exprimer ce projet en quelques mots afin de frapper l’imagination de tes interlocuteurs. L’idée : que ce dernier retienne les mots-clés devant rester dans son cerveau et surtout retenir en quoi tu peux lui être utile. Exemple : « je développe des applications dans le domaine de la santé ». Ou « je suis un expert en « génération  de leads ». Ou « j’aide les retailers à transformer leurs produits invendus en cash ». Ou « Je vous accompagne dans la transformation de votre entreprise par le digital  »

Si ton interlocuteur est intéressé, il va te demander de développer ton propos. Si non, il aura au moins identifié ce que TU peux LUI apporter ou apporter à ses relations !

Pour finir, je voudrais partager avec toi ceci : ton projet professionnel va mettre ton cerveau en ordre de marche de telle manière à voir des opportunités que tu ne voyais pas avant et d’attirer à toi des personnes qui vont pouvoir t’aider.

Rien de miraculeux : plus tu seras au clair avec ce que tu veux, plus ton cerveau travaillera dans le sens où tu veux aller. Cela s’appelle le conditionnement. Comme un sportif se conditionne pour une épreuve.

Après tout,  trouver un travail c’est une épreuve, un sacré challenge 🙂